Le ski alpin

L’activité ski alpin, en plus de l’aspect sportif, comporte un apport pédagogique non négligeable : il exige de la part de la personne aveugle des qualités qui lui sont indispensables pour sa mobilité : réflexes, souplesse, sens de l’orientation, savoir vaincre l’appréhension, sentir le terrain, et avoir une grande confiance en soi et en l’autre.

Matériels et techniques

Dès qu’un skieur aveugle est capable d’enchainer plus de 3 à 4 virages, il lui faut, pour sa sécurité et celle des autres skieurs, un « guide », comme nous disons dans notre jargon. Depuis 2011, les binômes adoptent une chasuble pour des raisons de sécurité afin d’être facilement identifiable par les autres skieurs.

Intrigués ? Découvrez comment fonctionnent ces binômes ainsi que le matériel spécifique qu’ils utilisent.

Consulter notre livret Deux yeux pour 4 skis. Piloter des skieurs déficients visuels.[ASLAA, 2003].

Les séjours de ski.

Malheureusement la pratique du ski alpin pour un non-voyant est beaucoup plus onéreuse que pour quiconque dans la mesure où il doit impérativement, pour des raisons de sécurité et d’efficacité, être accompagné d’un guide voyant.

A chaque saison, l’ ASLAA organise un séjour de ski alpin accessibles aux débutants et aux initiés. L’Association organise 2 séjours de ski alpin de 8 jours pour adolescents (12-17 ans) et adultes. Ainsi, pour les deux séjours de ski que l’association organise chaque année, il est devenu indispensable de trouver des ressources financières supplémentaires afin de couvrir le surcoût du à cet encadrement particulièrement important, et de permettre à un plus grand nombre de personnes handicapées visuels de pratiquer ce sport.

Découvrez en images le  séjour de ski alpin à la station La Norma (2007-2008) :

Ceci nécessite un encadrement important, entraînant le quasi doublement des coûts :

  • SKIEUR Déficient visuel
  • SKIEUR VOYANT
  • FORFAITS DE REMONTÉES MÉCANIQUES
  • PAIRES DE SKIS
  • HÉBERGEMENTS
  • VOYAGES

L’Association s’est fixée comme politique d’appliquer les mêmes prix que pour des séjours ordinaires, les pilotes prenant alors en charge une partie de leurs frais ; le déficit restant est supporté par l’Association. Afin d’améliorer la sécurité des skieurs déficients visuels, chaque binome est invité à s’équiper d’un guidophone d’une valeur de 50€.

Les subventions des pouvoirs publics (en diminution constante depuis plusieurs années) sont devenues nettement insuffisantes pour équilibrer les comptes de l’Association. Un certain nombre de stations de sports d’hiver accorde la gratuité des remontées mécaniques pour les pilotes ; mais ceci est loin d’être suffisant, le poste le plus important étant l’hébergement. Une aide de 10000 Euros permettrait à l’association de poursuivre ses activités dans ce domaine. L’A.S.L.A.A. est une des rares associations à proposer la pratique du ski de piste aux personnes handicapées visuelles.

Retrouvez tous nos articles en rapport avec le ski alpin dans la rubrique «  Section ski alpin  ».


Les commentaires sont fermés.