Le tandem sur piste (vélodrome).

On dit souvent que pour être à l’aise dans un peloton cycliste, il faut avoir fait de la piste. A mon avis, ça n’est pas faux. Voici une discipline sportive riche.

Que gagne t’on en faisant de la piste ?

  • Un pédalage rond et souple ;
  • De l’adresse et le sens de l’anticipation ;
  • Beaucoup de puissance dans les jambes.

Que travaille-t-on sur un vélodrome en tandem ? Trois épreuves sont proposées : la vitesse, le kilomètre et la poursuite.

La vitesse : elle consiste à se préparer durant 2 tours de piste ; à l’entame du 3e tour, le tandem doit prendre beaucoup de vitesse afin d’arriver lancé sur la ligne des 200 mètres qui serviront de zone de chronométrage. Dans tous les cas, quelque soit la longueur du vélodrome, on chronomètrera toujours les 200 derniers mètres. L’objectif étant d’aller le plus vite possible.

Le kilomètre départ arrêté : épreuve requérant puissance et vélocité. Le but étant de démarrer vite et de terminer à fond de ses possibilités.

Ces 2 premières épreuves étant plus faites pour les sprinteurs.

La poursuite : épreuve d’endurance réservée plus facilement aux routiers, consiste à parcourir 4 km pour les hommes et 3 km pour les femmes. Cette épreuve se déroule entre 2 tandems ou 2 solos partants chacun sur une ligne droite du vélodrome. Le plus fort essayant de faire le meilleur temps en tentant de rattraper son adversaire.

La vitesse par équipe n’existe pas pour les tandems. Avec des équipages aguerris, il est parfaitement possible d’organiser une course aux points, une élimination. Lorsque l’on fait de la piste, l’échauffement est primordial et se doit d’être progressif.

Des envies de piste ?

Ce contenu a été publié dans Section Tandem, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.